Souscrire à SONOMAG

Abonnez-vous à notre newsletter.

Lundi 23 janvier 2017 - produits référencés
L'OFFICIEL DU SON ET DE LA LUMIÈRE
Publicite sur SONOMAG
    Vous êtes ici : Accueil > Archives > Reportages > LA VOILE BLANCHE, Le chaînon manquant ?
publicite


Reportages: LA VOILE BLANCHE, Le chaînon manquant ? COMMANDER Magazine Sono N° 382
- Public  Débutant / tout public
Source: Magazine Sono numéro 382 Page 62 - octobre 2012 ::: Photos: Alain-Marc Malga - Texte: Alain-Marc Malga -  :::
Vous avez aimé cet article ? Faites-le connaître ! Share|

LA VOILE BLANCHE, Le chaînon manquant ?
Crédits
Photos: Alain-Marc Malga - Texte: Alain-Marc Malga -

Bar restaurant à ambiance musicale, La Voile Blanche s'est intelligemment imposé au coeur d'une base de loisirs et aux portes d'un complexe discothèques. Insolence ou inconscience ? Aucun des deux, le projet a même réconcilié les deux catégories d'exploitants ordinairement en concurrence dans le domaine des loisirs nocturnes. L'idée ? Une implantation géographique liée à un positionnement commercial profitable à l'ensemble des acteurs déjà implantés sur le site. Le produit d'un quatuor de jeunes entrepreneurs trentenaires, créateurs d'emplois malgré un climat économique peu engageant.

La Voile Blanche est implantée en périphérie de Toulouse, au sein de la base de loisirs du Parc de sesquières. Un haut lieu du divertissement diurne (mini-golf, sports nautiques), mais aussi nocturne, avec les discothèques du complexe KL. C'est là que se tient chaque année le désormais célèbre Inox Electronic Festival, lequel fête en 2012 sa dixième édition. Ces établissements ont été créés dans le défunt aqualand, un parc aquatique à l'époque « plombé » par une sombre histoire de bactéries et fermé sur décision administrative. Les infrastructures étaient devenues un « boulet » pour la commune jusqu'à ce que des entrepreneurs avertis se proposent, moyennant la signature d'un bail emphytéotique (99 ans), d'en assurer la charge et le devenir.

:::VAMOS À LA PLAYA... À TOULOUSE !
Le concept de La Voile Blanche est à la fois inspiré des plages tropéziennes, d'Ibiza et de marbella. Restaurant, bars à tapas et à cocktails, dancefloor, cascades, plage de sable avec transats, parasols et piscine géante sont aménagés sur 6000 m2 au bord du lac du Parc de sesquières. Le restaurant doit prochainement intégrer un toit terrasse reprenant la forme d'une poupe de bateau. mais le public peut aussi préférer se sustenter sur des îlots aménagés en bordure de petites cascades ou sur la partie plage à l'ombre des paillotes, sur le sable. a la haute saison, l'établissement est ouvert dès le mercredi avec, en point d'orgue, les Pool Party organisées dès 14 heures les samedis et dimanches. ajoutez des cabines de plage et des douches et la clientèle peut organiser un week-end sur le site. Le dancefloor de La Voile Blanche est régulièrement animé par des guests recrutés sur la scène nationale ou internationale : antoine Clamaran ou les garden Brothers, le binôme deejays du festival de Cannes. Des événements programmés sur le court terme en raison des aléas de la météo. La direction de La Voile Blanche négocie souvent des reports de dates en cas d'intempéries. L'établissement peut être privatisé, mais le rideau tombe en toute circonstance à 2 heures du matin : « L'objectif était d'être attractif et de fidéliser une clientèle jusque-là éparpillée aux quatre coins de la ville.»

:::UN « GÉNÉRIQUE » CONTRE LA POLÉMIQUE
nous avons connaissance des divergences opposant les exploitants des clubs discothèques et des Bars restaurants à ambiance musicale (Bam). Les seconds utilisant la règlementation à leur avantage, au détriment semble-t-il des exploitants de discothèques qui, par la voix de leurs syndicats respectifs, dénoncent une concurrence déloyale et l'iniquité des règlementations et taxes relatives aux deux formes d'exploitation. soit, mais ce qui suit contredit les plus pessimistes discours. Cette fois, l'intérêt de la démarche n'a pas échappé aux « colocataires » de la base de loisirs, les responsables de clubs, trop heureux d'en tirer bénéfice. En tenant compte du turn-over, plus de trois milles visiteurs débutent les réjouissances aux portes même de leurs établissements. a sesquières, discothèques et Bam sont réconciliés et tout le monde y gagne, y compris le public qui peut évoluer en toute quiétude dans un environnement sécurisé. Le site intègre un immense parking et les individus les plus alcoolisés ont à toute heure la possibilité de s'échouer dans l'un des deux hôtels implantés en proximité. La Voile Blanche a mis en place des navettes et a également conclu un partenariat avec un service de voituriers sur le modèle du covoiturage. Les chauffeurs prennent les clients en charge et les ramènent le lendemain matin à leur domicile. Le coût ? 7 euros la course dans la première ceinture de Toulouse.


Contacter l'auteur.

Consultez l'intégralité de cet article en ligne en cliquant sur une vignette
LA VOILE BLANCHE, Le chaînon manquant ? - P.62
Page 62 - 1/4
LA VOILE BLANCHE, Le chaînon manquant ? - P.63
Page 63 - 2/4
LA VOILE BLANCHE, Le chaînon manquant ? - P.64
Page 64 - 3/4
LA VOILE BLANCHE, Le chaînon manquant ? - P.65
Page 65 - 4/4

Vous avez aimé cet article ? Faites-le connaître ! Share|




Publicite Sonomag LeaderBoard 728x90


Sur les mêmes thèmes:






pub   Liens sponsorisés   pub
pub pub pub
pub
HAUT
Newsletter

Abonnez-vous à notre newsletter.