Souscrire à SONOMAG

Abonnez-vous à notre newsletter.

Jeudi 19 janvier 2017 - produits référencés
L'OFFICIEL DU SON ET DE LA LUMIÈRE
Publicite sur SONOMAG
    Vous êtes ici : Accueil > Archives > Reportages > Le scintillement de la tour Eiffel
publicite


Reportages: Le scintillement de la tour Eiffel COMMANDER Magazine Sono N° 282
- Public  Débutant / tout public
Source: Magazine Sono numéro 282 Page 38 - juillet 2003 ::: crédits n/c :::
Vous avez aimé cet article ? Faites-le connaître ! Share|

Le scintillement de la tour Eiffel
Crédits
crédits n/c

Le scintillement, conçu pour le passage de l'an 2000, a fait l'émerveillement des touristes et des Parisiens jusqu'en juillet 2001, date à laquelle il fallut démonter un système créé pour l'éphémère. Mais, Paris, ville lumière, s'est amouraché de la magie pétillante de sa Tour, et veut plus que jamais éclairer le monde. La décision est prise : il faut que «l'éphémère devienne éternité». A partir de l'été 2003 et pour une durée de dix ans, une page de l'histoire des lumières de la Tour s'écrira à l'encre des myriades de flashs, et de son phare. Mais avant cela, honneur aux concepteurs et techniciens.Ì Le scénario de scintillement de la Tour bâti pour l'année 2000 mettait en ouvre 20 000 flashs de 10 joules et prévoyait dix minutes de fonctionnement toutes les heures, de la tombée de la nuit jusqu'à 1 h du matin en hiver, et 2 h en été. Le potentiel d'un million de flashs prévu par appareil s'épuisait donc et en juillet 2001 le système est démonté. .La décision est prise : on repart pour dix ans. C'est énorme ! Le cahier des charges est rigoureux et demande une meilleure intégration des flashs dans la tour. AE&T de Jurançon, après maquette et prototype, remporte l'offre publique. Les passages d'agréments sont drastiques : 10 000 000 d'éclats, étanchéité IP 66, tenue aux chocs IK 08, tenue aux UV (le couvercle translucide est en polycarbonate, qui normalement jaunirait s'il n'était pas traité pour être stabilisé aux UV), tenue à la corrosion, résistance aux vibrations, puissance de 10 joules pour une consommation de 85 mA par appareil. Et, comme pour conjurer la tempête du 26 décembre 1999, les tests en soufflerie seront validés à 220 km/h. le tout garanti pendant dix ans, la puissance totale ne dépassant pas 120 kW.Sur un monument comme la Tour Eiffel, les contraintes de réussite esthétique et technique sont à la mesure de sa renommée et de ses dimensions exceptionnelles. A tous les niveaux de conceptualisation et de réalisation, la rigueur est de mise.




Vous avez aimé cet article ? Faites-le connaître ! Share|




Publicite Sonomag LeaderBoard 728x90




Article précédent
Reportages: Emilie Jolie:
Article suivant
Reportages: Bal du Printemps à Dunkerque avec Ecler



pub   Liens sponsorisés   pub
pub pub pub
pub
HAUT
Newsletter

Abonnez-vous à notre newsletter.