Souscrire à SONOMAG

Abonnez-vous à notre newsletter.

Mardi 17 janvier 2017 - produits référencés
L'OFFICIEL DU SON ET DE LA LUMIÈRE
Publicite sur SONOMAG
    Vous êtes ici : Accueil > Archives > Reportages > Les Rustres, tout en finesseLes Rustres, tout en finesse
publicite


Reportages: Les Rustres, tout en finesseLes Rustres, tout en finesse COMMANDER Magazine Sono N° 417
David Debrinay éclaire les Comédiens Français - Public  Débutant / tout public
Source: Magazine Sono numéro 417 Page 48 - janvier 2016 ::: crédits n/c :::
Vous avez aimé cet article ? Faites-le connaître ! Share|

Les Rustres, tout en finesseLes Rustres, tout en finesse
Crédits
crédits n/c

Pas ou peu d'innovations technologiques. Un éclairage tout ce qu'il y a de plus traditionnel pour une pièce et une mise en scène qu'on peut à juste titre qualifi er de « classiques ». Mais, en éclairant Les rustres de Goldoni, David Debrinay réalise un travail d'orfèvre à l'intérieur d'une scénographie aussi complexe qu'exiguë. Il nous rappelle ainsi que ce n'est pas forcément la sophistication technologique qui fait la qualité d'une lumière de scène.

Classé monument historique, le Théâtre du Vieux-Colombier a été racheté par l'État puis rénové pour devenir la seconde salle de la Comédie Française en 1993. C'est un lieu mythique, créé en 1913 par Jacques Copeau. Mais c'est aussi une salle di cile où les contraintes techniques sont grandes. À commencer par ses dimensions: 7,80m d'ouverture au cadre pour 8,70m de profondeur. S'ajoute à cela le fait que la hauteur du cadre de scène est à 3,30m tandis que celle de la salle est à peine supérieure, ce qui oblige à accrocher aux murs latéraux une partie des projecteurs de la face. Sur le plateau, c'est le contraire: peu de recul, une cage de scène de 13,20m de hauteur avec des porteuses espacées de 42cm. C'est dire à quel point il est di cile de trouver les bons angles. Alors, pour rendre l'exercice plus di cile encore, le metteur en scène Jean-Louis Benoit et son scénographe Alain Chambon ont imaginé un décor fait de blocs mobiles qui se déplacent à chaque tableau pour créer autant de scènes intérieures aux confi gurations di érentes. Sauf que l'espace y est souvent très réduit. Et il se rétrécit plus encore au deuxième tableau grâce à une cuisine qui descend des cintres. C'est une petite boîte, tellement confi née que les interprètes, .



Consultez l'intégralité de cet article en ligne en cliquant sur une vignette
Les Rustres, tout en finesse
Les Rustres, tout en finesse - P.48
Page 48 - 1/4
Les Rustres, tout en finesse
Les Rustres, tout en finesse - P.49
Page 49 - 2/4
Les Rustres, tout en finesse
Les Rustres, tout en finesse - P.50
Page 50 - 3/4
Les Rustres, tout en finesse
Les Rustres, tout en finesse - P.51
Page 51 - 4/4

Vous avez aimé cet article ? Faites-le connaître ! Share|




Publicite Sonomag LeaderBoard 728x90






pub   Liens sponsorisés   pub
pub pub pub
pub
HAUT
Newsletter

Abonnez-vous à notre newsletter.