Souscrire à SONOMAG

Abonnez-vous à notre newsletter.

Jeudi 19 janvier 2017 - produits référencés
L'OFFICIEL DU SON ET DE LA LUMIÈRE
Publicite sur SONOMAG
    Vous êtes ici : Accueil > Archives > Reportages > BOOM FESTIVAL 2014: POSITIVE VIBRATIONS
publicite


Reportages: BOOM FESTIVAL 2014: POSITIVE VIBRATIONS COMMANDER Magazine Sono N° 405
- Public  Débutant / tout public
Source: Magazine Sono numéro 405 Page 34 - novembre 2014 ::: Photos: Eric Moutot - Texte: Eric Moutot -  :::
Vous avez aimé cet article ? Faites-le connaître ! Share|

BOOM FESTIVAL 2014: POSITIVE VIBRATIONS
Crédits
Photos: Eric Moutot - Texte: Eric Moutot -

Il existe une catégorie de festivals d'où l'on revient transformé. Loin des institutions policées qui vivent à grand renfort de mécénat institutionnel et de matraquage médiatique, ces événements relèvent d'une forme de conscience militante. Dans la veine du Burning Man, qui se déroule aux États-Unis dans le désert de Black Rock, nous avons en Europe le Boom Festival. Je m'y suis rendu sous l'ardant soleil du mois d'août. Et, pour tout dire, je n'en suis pas encore tout à fait revenu.

:::Un peu d'histoire

Installé à la frontière entre le Portugal et l'Espagne, au bord du lac d'Idanha- a-Nova, le Boom Festival se veut une célébration de la liberté d'esprit autour de la musique psychédélique, de l'art, de la culture et. de beaucoup d'amour. Le festival existe depuis 1997, dure une semaine entière et revendique le pouvoir d'induire de profonds changements chez quiconque se place dans cette attente. Le ticket d'entrée se monte à 200 ?. Il est payé par plus de 42 000 festivaliers. À ce coût s'ajoutent les dépenses quotidiennes pour l'hébergement sur l'un des multiples sites de camping proposés par le Boom, ainsi que pour la nourriture vendue par des dizaines d'échoppes. Pour autant, l'eau est ici intégralement recyclée, les toilettes sont sèches, l'électricité est en partie issue des énergies renouvelables et la quasi-totalité des infrastructures est réalisée à partir de matériaux naturels biodégradables. Le Boom est un rêve collectif, sérieusement organisé par une équipe très professionnelle. Et j'ai souhaité approfondir le sujet avec Artur Mendes, tout à la fois patron, producteur et promoteur du festival :

« Le Boom cherche à créer un espace où les festivaliers peuvent se transformer, tout simplement en prenant contact avec différentes formes d'art et en rencontrant des personnes du monde entier. L'objectif est de durablement modifier le comportement de chacun. Le Boom n'est pas destiné à divertir, mais cherche à provoquer une prise de conscience de chacun. Nous accueillons des visiteurs de 152 pays, et la population la plus représentée est française, environ 8 000 personnes. L'équipe de coordination est portugaise, mais on retrouve dans le staff des gens du monde entier. L'atmosphère est multiculturelle et c'est sans doute l'un des vrais atouts du festival. Le mélange des cultures et des expériences permet à lui seul de produire cet événement unique. »

Le volet multiculturel me laisse un peu dubitatif, tant le profi l des festivaliers semble typique ; de beaux jeunes gens à la peau claire et dont le maintien laisse supposer une vie plutôt confortable. Cependant, un aspect du festival me frappe réellement. Je ressens un réel et profond sentiment de paix. On imagine que tout pourrait arriver sans pour autant perturber la bonhomie ambiante. L'utopie du Boom est-elle bien réelle ?

Artur complète : « Depuis 1997, nous avons passé beaucoup de temps à écouter les demandes de chacun pour réaliser un travail proactif et une communication positive. Avec le temps, les festivaliers se sont imprégnés de l'esprit du Boom, constitué de respect, de solidarité, de paix et d'échanges. Chacun est également très sensible à la préservation de l'environnement. À l'issue du Boom, chaque participant devient un ambassadeur pour les prochaines éditions. Et l'événement croît ainsi, de façon quasi organique. »

Je commence à y voir un peu plus clair, et de vraies convergences se dessinent entre l'état d'esprit du Boom et la démarche revendiquée par Funktion One, le fabricant britannique d'enceintes qui a équipé le Dance Temple, la plus grande scène de l'événement.



Contacter l'auteur.

Consultez l'intégralité de cet article en ligne en cliquant sur une vignette
BOOM FESTIVAL 2014: POSITIVE VIBRATIONS - P.34
Page 34 - 1/12
BOOM FESTIVAL 2014: POSITIVE VIBRATIONS - P.35
Page 35 - 2/12
BOOM FESTIVAL 2014: POSITIVE VIBRATIONS - P.36
Page 36 - 3/12
BOOM FESTIVAL 2014: POSITIVE VIBRATIONS - P.37
Page 37 - 4/12

Vous avez aimé cet article ? Faites-le connaître ! Share|




Publicite Sonomag LeaderBoard 728x90


Sur les mêmes thèmes:




Article précédent
Divers: Un été en APG Uniline
Article suivant
Reportages: Au coeur de la comédie musicale



pub   Liens sponsorisés   pub
pub pub pub
pub
HAUT
Newsletter

Abonnez-vous à notre newsletter.