Souscrire à SONOMAG

Abonnez-vous à notre newsletter.

Jeudi 19 janvier 2017 - produits référencés
L'OFFICIEL DU SON ET DE LA LUMIÈRE
Publicite sur SONOMAG
    Vous êtes ici : Accueil > Archives > Métier / Formation > CONVENTION YAMAHA 2007
publicite


Métier / Formation: CONVENTION YAMAHA 2007 COMMANDER Magazine Sono N° 325
120 ans au service de la musique et du son - Public  Débutant / tout public
Source: Magazine Sono numéro 325 Page 178 - juin 2007 ::: Texte: Claude Ducros - Photos: Claude Ducros -  :::
Vous avez aimé cet article ? Faites-le connaître ! Share|

CONVENTION YAMAHA 2007
Crédits
Texte: Claude Ducros - Photos: Claude Ducros -

C'est à Djerba La Douce à la fin mars, dans l'enceinte du Club Méditerranée, que Yamaha Musique France a convié plus de quatre cents revendeurs, installateurs, prestataires et ingénieurs du son, à sa convention exceptionnelle du 120e anniversaire de la naissance de la firme aux trois diapasons. Etaient représentés les professionnels de la musique et des instruments, de la Hi-Fi et du home cinéma, et bien entendu de l'audio pro, accompagnés des équipes produits et commerciales Yamaha de ces différents secteurs, soit presque cinq cents personnes.

Sur deux jours, hormis la découverte des nouveautés et le "training" avec Alain Français, pour ceux qui le souhaitaient, sur le mixage numérique (façon Yamaha) et l'utilisation des logiciels afférents, les participants (audio pro) pouvaient goûter aux différentes activités offertes par le Club sans oublier, bien entendu, de fixer leurs objectifs commerciaux ; ambiance conviviale, papotages sur la profession lors des repas, "boufs" du groupe "All Access" ponctuant les différentes réunions et concert du groupe Kassav' lors de la soirée de clôture, tout était là pour que ce court séjour se déroule agréablement.
Bon, tout n'avait pas commencé au mieux avec un petit incident d'enregistrement de bagages sur le vol de départ, indépendant de la volonté de l'organisateur, ayant entraîné un retard de 2 h 30 au décollage et une légère remise en cause du planning (heureusement sans conséquence sur le repas du soir à l'arrivée au club car "if you're hungry, you can be angry").

:::L'historique
C'est en 1887 qu'est née Yamaha, Nippon Gakki à l'époque, sous la férule de Torakusu Yamaha, ingénieur mécanicien à l'esprit fécond passionné de musique. Pendant une cinquantaine d'années, la société a excellé dans la fabrication d'instruments de musique ; c'était son activité principale, d'abord orgues et pianos, puis guitares et instruments à vent et tout ce qui s'y rapporte. C'est ainsi notamment que Yamaha fut le premier laboratoire de recherche acoustique au monde en 1930. Après la période de la guerre (39-45) où la société avait acquis une forte expertise dans le domaine de la métallurgie, elle élabore non seulement des instruments à vent mais crée également Yamaha Motor (en 55) avec le succès que l'on sait pour ses motos. La société se diversifie également dans les équipements de loisirs, notamment skis et raquettes de tennis grâce à sa maîtrise des matériaux composites, et dans la Hi-Fi (68). Dans les années 80, c'est l'explosion du domaine électronique avec la création du clavier portable et de la première console de mixage numérique et des instruments silencieux. Auparavant, en audio pro, la firme avait déjà introduit des consoles de mixage analogiques (vers 1975 avec la PM1000) et des amplificateurs renommés, mais également développé ses propres semi-conducteurs, notamment des LSI (circuits à grande échelle d'intégration). Au-delà et depuis ses origines, Yamaha s'est investie dans la formation et l'éducation musicale au travers de sa fondation représentée aux quatre coins du monde, et a toujours fait en sorte d'être à l'écoute des utilisateurs de ses produits pour les améliorer.

:::Un savoir-faire unique au monde
Bernard Weil, pdg de Yamaha Musique France, lors de son allocution de présentation de ce long parcours jalonné de dépôts de multiples brevets, a rappelé quelques chiffres. Sur le marché global de la musique et de l'audio pro, Yamaha occupe de loin le premier rang mondial, avec en 2006 un CA dans ce domaine de plus de 10 milliards d'euros, soit une part de 18 % du marché mondial (23 % en Europe). C'est le seul fabricant au monde à proposer une offre globale allant de la création musicale, via les instruments et l'électronique de traitement, à la production (consoles, effets, traitement et monitoring) pour finir par les appareils de restitution domestiques et professionnels. Côté éducation et par exemple en France : sur 2006, vingt-quatre mille élèves ont pu bénéficier de cours musicaux à différents niveaux et sur tout type d'instruments. De même, deux cents techniciens audio pro ont participé aux séminaires de formation Yamaha.

:::Des produits élaborés en fonction des desiderata utilisateurs
Seishi Miyawaki, qui dirige la division audio pro ("commercial audio business unit") au plan "Corporate", nous a brossé un tableau de la philosophie et de la méthodologie du constructeur concernant aussi bien le développement des produits que leur fabrication. Rien n'est laissé au hasard concernant la qualité (prise en compte dès le stade de l'étude), et les produits Yamaha se conforment aux différentes régulations internationales. La société, qualifiée ISO 9001 depuis 2000, développe ses propres outils de test et de conception ainsi que, lorsque c'est nécessaire, ses propres circuits à semi-conducteurs, c'est notamment le cas de sa plate-forme DSP7 de processeurs numériques de signal (qui équipent les consoles et les moteurs de mixage), tant au plan matériel que logiciel. Lors de la conception de nouveaux produits ou de mises à jour (évolution) de matériels existants, on analyse les retours d'information clients, qu'il s'agisse d'améliorer les interfaces utilisateur, d'enrichir les fonctionnalités ou bien encore d'améliorer les performances et, là encore, aussi bien pour les logiciels que pour les aspects matériels. Les différentes filiales de commercialisation (comme Yamaha Musique France) travaillent en relation étroite avec Yamaha Music Corporation (Japon) avec des remontées d'informations sur une base quotidienne et des réunions de planification semestrielles. Une attention toute particulière est apportée à la réalisation des circuits analogiques, le leitmotiv de la marque étant d'obtenir un "son transparent". On sait que pour l'obtenir, la qualité des capteurs est primordiale (c'est un des seuls secteurs qui échappe à la marque), mais également celle des circuits de conditionnement analogiques (avant surtout et après conversion). Dans ce registre, les alimentations, les découplages, le routage des masses et le choix des composants font l'objet de soins particuliers. Enfin, concernant les produits audio pro, 95 % de la fabrication (et toute la R&D) est prise en charge au Japon et 5 % en Malaisie. Il s'agit d'une production "cellulaire" et non de chaînes de fabrication. On y produit beaucoup de modèles en faible quantité avec une grande flexibilité et dans le respect de l'environnement, ce qu'on appelle aujourd'hui le développement durable, autre engagement de longue date du groupe japonais.

:::Quoi de neuf ?
Parmi les nouveautés marquantes pour 2007, citons les amplificateurs contrôlables en réseau de la série Tn spécialement dédiés au Touring et aux systèmes line array (d'où le Tn). Ces amplificateurs (T5n, T4n et T3n) qui acceptent des charges de 2 ohms (en continu), et même moins (certification UL), mettent en ouvre la technologie EEEngine déjà rencontrée sur les derniers modèles du constructeur nippon, dans une structure entièrement symétrique dual mono. Le principe consiste à utiliser une alimentation à découpage (par canal) avec une alimentation auxiliaire à réponse rapide qui suit l'évolution du signal d'entrée de telle sorte que la différence de tension entre l'alimentation et l'enveloppe du signal en sortie reste faible. Par conséquent, la puissance dissipée et celle vue par les transistors de puissance restent aussi la plus faible possible (mais compatible avec un fonctionnement linéaire). On obtient de la sorte un rendement à peu près équivalent à la classe D mais les étages d'amplification travaillent en classe AB, Yamaha n'aimant pas beaucoup les classes à commutation, moins respectueuses de l'intégrité du signal et du facteur d'amortissement (d'après les concepteurs). Ces amplis utilisent des transistors de puissance haute tension à film mince qui procure une meilleure dissipation thermique et probablement des capacités parasites moins élevées. Tout comme l'électronique, la mécanique a fait l'objet d'une grande attention lors de la conception. Yamaha a multiplié les points de fixation et les découplages mécaniques (silent blocks) car, comme le faisait remarquer Seishi Miyawaki, même si cela entraîne des surcoûts lors de l'assemblage des produits, la qualité prime avant tout. Les transferts thermiques sont améliorés et les vibrations (notamment les bruits microphoniques) annihilées. Enfin, et cela prévaut pour toutes les électroniques Yamaha, les études d'implantation des circuits sont menées de façon à optimiser les connexions de masse, et le constructeur porte une grande attention à la qualité des composants passifs notamment des condensateurs, ce qui fait souvent la différence au plan de la qualité sonore entre deux circuits par ailleurs identiques.

Les configurations d'avenir passent par des solutions réseau comme le faisait remarquer Fabien Saadoun lors de sa présentation et, ce, pour plusieurs raisons. Outre les économies de câblage et la sécurité de transport des signaux, cela permet de réaliser une architecture répartie avec des traitements délocalisés et également de faciliter les modifications et les adjonctions, d'où une "adaptabilité" accrue. Les moteurs de traitement peuvent être répartis, au même titre que les modules d'acquisition et de conversion, et tous les appareils supervisés depuis n'importe quel point.
Yamaha a adopté dans ce domaine une politique d'ouverture en proposant des solutions compatibles avec les trois principaux standards (de facto) d'audionumérique en réseau, à savoir Cobranet, Ethersound et Optocore (audio et vidéo sur fibre optique) et même des extensions Madi et A-Net (Aviom).
Parmi les nouveautés dans ce domaine, citons les nouveaux racks de mixage DSP5D qui permettent d'accroître les possibilités d'une console PM5D par deux ou trois. Il s'agit en fait d'une console numérique PM5D en rack dépouillée de sa surface de contrôle et qui incorpore donc les entrées-sorties et le traitement (DSP). Une PM5D (dans sa nouvelle version V2) peut être raccordée à un ou deux DSP5D pour étendre ses capacités à quatre-vingt-seize canaux d'entrée mono et seize canaux stéréo ou cent quarante-quatre canaux mono et vingt-quatre stéréo, sans compter l'accroissement des bus. La liaison peut s'effectuer en local via l'interface d'extension I/O (sub-D 68) ou en mode déporté (le ou les DSP5D devenant des racks de scène) en réseau avec du CAT-5 via un module DCU5D (Digital Cabling Unit) qui opère la translation côté console. Autre nouveauté dans le domaine de l'audio numérique en réseau, l'interface réseau NAI48-ES qui permet de véhiculer quarante-huit canaux d'entrées et de sorties audionumériques EtherSound (en 24 bits, 48 kHz) à partir de quarante-huit entrées-sorties AES/EBU, plus les données de contrôle. Côté entrées, on pourra utiliser les préamplis convertisseurs (contrôlés) AD8HR de la marque et côté console (PM5D, M7CL, voire les petites dernières LS9) des modules AVY16ES (Auvitran) dans les plots d'extension Mini-YGDAI. Pour les sorties, on pourra exploiter des convertisseurs huit canaux N/A DA824 qui acceptent en entrées numériques différents formats par carte enfichable Mini-YGDAI (AES, ADAT ou TDIF) ou bien pour la diffusion, des processeurs Nexo NXT242, Ethersound en natif. Rappelons que depuis le début d'année, un rapprochement a été opéré avec Nexo SA (Yamaha ayant acquis 10 % des parts de Nexo). La sonorisation de la salle de conférence était d'ailleurs "câblée" en réseau Ethersound.
A ce propos, Yamaha propose un nouveau processeur pour enceintes deux (entrées analogiques et numériques) vers six en rack 1U, le SP2060, plus particulièrement dédié à sa gamme d'enceintes d'installation (série I). Ce processeur travaille en 24 bits 96 kHz et peut être configuré (port Ethernet) via DME Designer dont la version V3 est désormais disponible (voir sur le site Yamaha). Côté installation, les DME (Digital Mixing Engines) s'agrémentent de satellites d'entrées-sorties réseau en rack 1U, les DME satellites (DME8i, 8o et 4io), modules 4E/S, 8E ou 8S, qui incorporent le même moteur de traitement de signal que les DME24N et 64N et peuvent fonctionner en stand alone. Ils sont proposés en version Cobranet (C) ou Ethersound (ES) avec une interface seize canaux E et S. Ces satellites d'acquisition-traitement supportent DME Designer et peuvent être configurés, en processeur de diffusion, via le logiciel de simulation Y-S3 (Yamaha Sound System Simulator, téléchargeable gratuitement). Côté consoles, hormis l'évolution du microprogramme des PM5D (V2), la grande nouveauté réside dans le lancement des modèles numériques compacts LS9, qui existent en versions seize voies micro (/ligne) et quatre stéréo, LS9-16, et trente-deux voies, LS9-32, seize bus plus master en LCR, dont nous aurons l'occasion de reparler prochainement. Ces consoles qui se transportent sous le bras (la LS9-16 ne pèse que 12 kg), n'en sont pas moins assez universelles au plan applications et peuvent être étendues à respectivement trente-deux et soixante-quatre voies mono que la surface de contrôle gère en deux couches. L'écran tactile a cédé sa place à un LCD couleur classique de bonne lisibilité accompagné d'un panneau de contrôle. Ces consoles exploitent les électroniques et les logiciels des modèles plus prestigieux, acceptent des modules d'extension Mini-YGDAI et, grande première, intègrent un lecteur-enregistreur USB (MP3).
Enfin, le constructeur nippon a étendu sa gamme de consoles analogiques avec six nouveaux modèles dans sa série MG, certains avec des entrées-sorties en USB et un nouveau modèle dans la série EMX, la EMX5016CF, seize canaux, dotée d'effets numériques, d'un suppresseur de feedback et incorporant une amplification de 2 x 500 W (4 ohms).

Comme on peut le constater, on ne chôme pas chez Yamaha, surtout à l'occasion du 120e anniversaire. Une petite remarque toutefois, puisque Yamaha ne développe pas (encore ?) de systèmes line array mais a opéré un rapprochement avec Nexo, le son d'un concert (comme celui de Kassav') dans une salle profonde, en pente et gradinée, ça le fait mieux avec du line array, c'est beaucoup plus homogène jusqu'à la console (PM5D) de l'ingé son façade.

A proximité des salles de conférence et d'exposition : c'est dur la vie au Club Med !

Yamaha, c'est aussi les instruments, au premier rang desquels les guitares. Mourad Malki (Potar Hurlant) n'a pas résisté à l'envie d'essayer les derniers modèles et à accompagner Seishi Miyawaki (Mr audio pro Yamaha). Et ils se débrouillent les bougres !

Une convention, c'est aussi l'occasion de parfaire ses connaissances, d'apprendre des astuces et d'éclaircir des points d'ombre, les systèmes de mixage sont tellement sophistiqués aujourd'hui.

Après la conférence de la convention, Thomas Hemery (directeur commercial de la division audio pro France) à droite, présente son équipe.

Les musiciens de "All Access" nous ont régalés tout au long de cette convention (instruments Yamaha, traitements Yamaha et diffusion Yamaha).

La petite dernière en numérique, la LS9, ici en version trente-deux voies, accompagnée de moniteurs.


Contacter l'auteur.

Consultez l'intégralité de cet article en ligne en cliquant sur une vignette
Convention Yamaha 2007: 120 ans au service de la musique et du son - P.178
Page 178 - 1/6
Convention Yamaha 2007: 120 ans au service de la musique et du son - P.179
Page 179 - 2/6
Convention Yamaha 2007: 120 ans au service de la musique et du son - P.180
Page 180 - 3/6
Convention Yamaha 2007: 120 ans au service de la musique et du son - P.181
Page 181 - 4/6

Vous avez aimé cet article ? Faites-le connaître ! Share|




Publicite Sonomag LeaderBoard 728x90


Sur les mêmes thèmes:




Article précédent
Bancs d'essais: VESTAX VCI-100
Article suivant
Actualités: Festival électro Chakanight



pub   Liens sponsorisés   pub
pub pub pub
pub
HAUT
Newsletter

Abonnez-vous à notre newsletter.