Souscrire à SONOMAG

Abonnez-vous à notre newsletter.

Lundi 23 janvier 2017 - produits référencés
L'OFFICIEL DU SON ET DE LA LUMIÈRE
Publicite sur SONOMAG
    Vous êtes ici : Accueil > Archives > Dossiers > MÉTIER ET FORMATION
publicite


Dossiers: MÉTIER ET FORMATION COMMANDER Magazine Sono N° 324
Les femmes dans le son et la lumière - Public  Débutant / tout public
Source: Magazine Sono numéro 324 Page 166 - mai 2007 ::: Texte: Albi Bop - Illustration: Eric Puech - Texte: DMC France - Photos: DMC France -  :::
Vous avez aimé cet article ? Faites-le connaître ! Share|


Vous êtes une immense majorité d'hommes à nous lire, et le sujet de ce dossier pourra vous paraître élitiste ou du moins décalé par rapport à vos préoccupations. Pourtant, qui sait s'il n'y aura pas pour vous quelques enseignements à tirer de ce «forum» que nous avons suscité et où de nombreuses actrices et acteurs du métier nous ont donné leur point de vue et leur perception autour des thèmes suivants.

Comment les rares femmes techniciennes qui nous côtoient au quotidien nous ressentent-elles ? Ont-elles du plaisir ou souffrent-elles de travailler dans des équipes à majorité masculine ? Comment vivent-elles leur investissement dans le métier ? De la même manière que nous ou pas ? Sont-elles prêtes à tout sacrifier ? Ou bien plus facilement prêtes que nous à décrocher au premier grand amour, au premier bébé ? Et côté employeurs : Comment les voyons-nous et comment nous voient-elles ? Du show-biz à l'événementiel, du broadcast au théâtre, quels avantages la profession a-t-elle à en engager si peu ou au contraire à faire travailler beaucoup plus de femmes ? De là, nous nous tournerons vers nos lectrices qui s'apprêtent à franchir le seuil de la porte. Ce mariage sera-t-il heureux ou voué au divorce ? Les organismes de formation que nous avons questionnés sont un excellent baromètre de la profession. Surprise, notre enquête a révélé de nombreuses raisons de se réjouir. D'autres, malheureusement, de pester contre un machisme encore bien ancré, des idées convenues, des fantasmes. "Y'a du mieux., disent-elles, mais, allez, messieurs, encore un effort !"

Evidemment, dans ce dossier, vous trouverez réactualisées toutes les filières son, lumière, DJ, de tous les centres de formation en France. Quels que soient votre sexe, votre niveau, votre âge, vous trouverez certainement la filière à votre mesure.

:::L'évolution du nombre de femmes dans le métier
Sandrine d'Auteuil, ingénieur du son retour* : "Ça évolue. Pas encore assez mais il y a du mieux. En fait, notre génération a ouvert des portes en montrant qu'on en était capable". "Je ne connais que trois femmes qui font du son en façade pour des artistes, nous indique Nathalie Naaf, ingé son façade**, il y en a un peu plus en retour et un maximum au plateau. Il y a encore un gros préjugé des artistes et des prods qui sont les deux commanditaires".

"Depuis des années, le pourcentage global est en constante mais très lente progression, constate Thierry Tranchant, prestataire, peu en live encore. Mais leur nombre en façade augmente considérablement en événementiel ou dans les théâtres". Idem en télévision d'après Isabelle (Elvira) : "Aujourd'hui, il y a non seulement plus de femmes à la télé, mais elles sont plus jeunes, et la plupart du temps très bien formées par divers stages et écoles". Un point de vue différent de celui de Marine Ballestra, éclairagiste : "Je trouve qu'il y a moins de femmes dans le show- biz que dans les années 90 notamment en montage lumière. J'avais de nombreuses copines en son et en lumière. Elles ont arrêté. Je me sens plus seule qu'avant dans ce métier".


:::La proportion en formation
Allons voir à la source, c'est-à-dire dans les écoles de formation. Parcours obligé depuis une dizaine d'années. A l'INA, le pourcentage global est constant et avoisine 17 %. En comparaison, Anne et Myriam, les techniciennes INA rencontrées, se souviennent de leur promo Louis Lumière, il y a vingt ans. Il y avait une fille pour vingt étudiants. Il n'empêche que les 17 % fondent sur le terrain où l'on ne trouve plus que 5 à 10 % d'officiantes. Aude est la seule étudiante en deuxième année de BTS, mais la promo 2007/2009 affiche un "record" de quatre sur douze. "A l'ISTS d'Avignon - groupe ESRA, sur trois cent huit stagiaires formés, vingt-sept sont des femmes, soit près de 10 %, avec une seule en direction technique, sept à la machinerie et plateau, quatre en son et sept en lumière"." Le CFPTS a réalisé pour nous des statistiques sur le nombre comparatif de femmes et d'hommes en formation. Tous secteurs confondus, le nombre de femmes, en rapport avec l'augmentation constante du nombre de formés, est en baisse. En 2004 : 111 femmes pour 345 hommes ; en 2005 : 105 femmes pour 422 hommes et en 2006 : 123 pour 537. Mais si on affine l'étude, on constate que des postes sont en train d'être investis : Plateau, 20 % ; Son près de 10 % en 2005 ; Régie 15 % en 2005 ; Direction Technique 5 % en 2006. Sur les formations longues, on atteint 40 % en lumière sur 2005/2007. Une augmentation pour le Plateau jusqu'à 30 % en 2006/2008 et près de 30 % en Son en 2005/2007 alors qu'on était à 0 en 2004/2006.
Ces chiffres de la formation continue corroborent nos propres évaluations chez les prestataires. Un nombre supérieur de femmes au plateau, beaucoup plus de femmes en lumière et une augmentation en son entre 5 et 10 % selon les types de spectacles. Mais il est réconfortant de voir qu'une nouvelle génération de femmes qui est ou sera en 2008 sur le marché du travail est en augmentation.

Emmanuelle Saunier (CFPTS) : "Les formations initiales révèlent des tendances de la société alors que les formations continues révèlent celles du métier. Par exemple : en formation "outils numériques pour la scène", on trouve de nombreuses régisseuses générales qui sont plus présentes. Il y en a globalement plus dans le milieu qu'avant, car elles sont plus promptes à profiter de formations que les hommes.
Nos formatrices sont en proportion légèrement supérieures à leur nombre dans le métier. Les femmes ont plus l'envie et le plaisir de transmettre et d'échanger."
"Nous avons un petit tiers d'étudiantes qui suivent nos formations Audiovisuel et Studio, nous informe Matthieu Paquier - ISB, elles s'orientent principalement vers le son à l'image qui est un marché professionnel en expansion à l'inverse du studio qui périclite".

:::Le pourcentage en presta
Retour sur le terrain avec des chiffres relevés auprès de plusieurs sociétés de prestation. Sur cinquante intermittents habituels à Melpomen, il y a cinq femmes. La société met systématiquement une fille pour une équipe de quatre en général. Beaucoup de femmes au plateau et notamment sur les festivals.
Thierry Tranchant : "C'est un choix de gestion du personnel. Cela calme sérieusement l'ambiance d'un plateau. Elles sont souvent responsables du patch. Cela demande de la rigueur. Ce qu'elles ont. Responsables de l'équipement plateau, de l'accueil de groupes, elles doivent "négocier". Il faut de la diplomatie, du sourire, de la douceur. Elles excellent à ce poste diplomatique." Chez Dispatch, moins de 10 %. Mais Marc de Fouquières dit en recruter le plus possible sur des postes identiques aux hommes. "Dans notre équipe permanente d'atelier, j'en ai 20 % et 10 % sur des opés."
On constate que le nombre tourne autour de 8 % comme chez Potar Hurlant et On/Off (l'une est assistante plateau, l'autre au mix retour : Art Mengo, Bashung) à 10 % comme chez Impact "sur des postes régie son, montage plateau, rigging, mais aucune à la lumière" précise Stéphane Fleury. En son audiovisuel, Silence en emploie huit sur soixante-dix. Pour moitié assistantes plateau, façade, retour. Nous verrons plus loin pourquoi on y dépasse les 10 %.
Malgré un engouement des clients pour les techniciennes en événementiel, on trouve des disparités selon les prestataires. Côté Scène (Evénementiel) : plus de 10 %, majoritairement des techniciennes engagées à la lumière. "Elles aiment s'investir dans la mise en valeur des décors et de l'architecture". Euroson : 5 %, plutôt en régie lumière. Les postes sonorisation se partagent équitablement entre femmes au plateau, aux retours et en façade. "On a embauché des femmes car c'est une demande de la clientèle" explique Christophe Cohen. Mais seulement 3 à 4 % chez Magnum et deux sur quarante chez MES. La palme d'or de la parité revient à De Préférence avec une pour sept environ. Alain Français : "Des postes à responsabilité. L'une est responsable de chantier. Je les embauche parce que c'est un plus dans les équipes mais le recrutement n'est pas facile". On constate une assez grande présence aux retours en plus du plateau. C'est un cheminement classique mais aussi souvent une question de relations. On trouve souvent des femmes aux retours d'artistes féminines. Sandrine : "Je n'ai pratiquement mixé que des femmes en retour : Hélène Ségara, Sylvie Vartan.". "Quoique la présence d'une femme "rivale" sur le plateau puisse être refusée par certaines artistes", moucharde une technicienne anonyme.

:::Pourquoi trouve-t-on UN peu plus de femmes en éclairage ?
Sandrine : "Cela fait appel à des qualités dites plus féminines que le son qui, lui, est apparemment plus abstrait, plus technique".
Didier, éclairagiste, constate : "On trouve une femme à la conception ou à la régie lumière. Il semble que les artistes veuillent contribuer à l'augmentation de la proportion de femmes à la technique. C'est une tendance nette depuis quatre/cinq ans".
Marine : "Ce sont des femmes qui m'ont fait confiance : Barbara, Carla Bruni, Sara-Jane Richardson (VMA), mais aussi des hommes (Sansévérino, Johnny Clegg, Cheb Mami)". Mais celle-ci nous demande de citer un nom quand on parle de l'essor des femmes aux postes d'éclairagiste. Celui de Jacques Rouveyrollis qui a choisi de prendre des assistantes. Marine fut la première : "Jacques Rouveyrollis a une part de sensibilité féminine. Il essaie de toujours servir les émotions des chansons, leur climat. La technique ou l'effet visuel n'est jamais une fin en soi chez lui. Je trouve cela "féminin" et c'est dans ce sens que je travaille. Il a fait école chez de nombreux éclairagistes qui ont été ses assistants et assistantes, Gilles Perrot, Alain Longchampt. L'éclairage s'apparente aux arts graphiques plus qu'à une technologie pure"...
Et si on poursuivait ce forum sur ce thème, via Sonomag.com ?


Contacter l'auteur.

Consultez l'intégralité de cet article en ligne en cliquant sur une vignette
Dossier Formations aux métiers techniques du spectacle - P.166
Page 166 - 1/26
Dossier Formations aux métiers techniques du spectacle - P.167
Page 167 - 2/26
Dossier Formations aux métiers techniques du spectacle - P.168
Page 168 - 3/26
Dossier Formations aux métiers techniques du spectacle - P.169
Page 169 - 4/26

Vous avez aimé cet article ? Faites-le connaître ! Share|




Publicite Sonomag LeaderBoard 728x90


Sur les mêmes thèmes:




Article précédent
Reportages: Funktion One joue la comédie musicale
Article suivant
Métier / Formation: DJ ASSAD



pub   Liens sponsorisés   pub
pub pub pub
pub
HAUT
Newsletter

Abonnez-vous à notre newsletter.