Souscrire à SONOMAG

Abonnez-vous à notre newsletter.

Mercredi 18 janvier 2017 - produits référencés
L'OFFICIEL DU SON ET DE LA LUMIÈRE
Publicite sur SONOMAG
    Vous êtes ici : Accueil > Archives > Dossiers > ETHERSOUND DIGIGRAM
publicite


Dossiers: ETHERSOUND DIGIGRAM COMMANDER Magazine Sono N° 296
ou le réseau numérique audio - Public  Débutant / tout public
Source: Magazine Sono numéro 296 Page 166 - novembre 2004 ::: crédits n/c :::
Vous avez aimé cet article ? Faites-le connaître ! Share|

ETHERSOUND DIGIGRAM
Crédits
crédits n/c

Le développement des réseaux informatiques rapides Ethernet a conduit les spécialistes de l'audio à utiliser ce système, non seulement pour commander des appareils, mais aussi pour transmettre de l'audio d'un point à un autre. On utilise un câble peu onéreux, de faible diamètre, insensible aux interférences, facile à passer et à dissimuler. Il n'est point besoin de réseau Ethernet spécifique ; un système déjà existant peut être utilisé. Dans ce dossier, nous verrons dans quelles conditions on transporte un signal d'un point à un autre et, en pratique, ce qui se passe sur le plan qualitatif. Nous verrons aussi comment intégrer ses réseaux à une installation audio, et passerons en revue quelques appareils existants dans le système Ethersound.

A l'occasion de l'AES fin 2001, Digigram proposait son propre réseau de transmission numérique audio "Etherspeaker", qui pouvait transmettre soixante-quatre canaux audio entre deux appareils distants de 100 m, avec un protocole Ethernet standard. Système propriétaire au nom restrictif trop axé vers les enceintes, il a rapidement adopté son nom actuel Ethersound. Depuis, les produits se sont développés, et Digigram n'est plus seul sur le marché. Les produits d'AuviTran (cartes pour consoles Yamaha), Bouyer, Camco, Fostex (Netcira), Innova-Son, Nexo, s'ajoutent à ceux de Digigram, tandis que l'éditeur de logiciels Stardraw lance son interface de contrôle pour produits Ethersound. Audient, maison-mère de LA Audio, vient de s'ajouter à la liste et d'autres s'y préparent.
Différents systèmes de réseaux ont été mis sur le marché comme BEC, Optocore ou Lightwinder d'Otari, Cobranet de Peak Audio (racheté par Cirrus Logic), GMICS de Gibson ou mLan de Yamaha, sans parler de systèmes plus restreints mono marques. Chaque système concentre des données sur un moyen de transport, fibre optique ou câble. Cobranet et Ethersound utilisent des produits standard Ethernet, qui permettent de réaliser des réseaux complexes en utilisant des composants Ethernet standard, économiques et disponibles dans l'univers informatique. Ethersound est l'un des plus récents protocoles sur Ethernet du marché. Il utilise des trames Ethernet standard, permettant ainsi l'emploi de commutateurs (Switch) standard et de convertisseurs Ethernet/fibre optique pour un transport à longue distance. En revanche, compte tenu du débit d'informations nécessaire, Ethersound utilise de préférence un réseau dédié : il ne mélange pas ses données avec celles d'un réseau informatique Ethernet, mais peut utiliser les ressources d'un réseau Gigabit en se couplant à lui par une technique VLAN (réseau local virtuel). 64 canaux d'audio
En audionumérique, avec des signaux 24 bits échantillonnés à 48 kHz, on doit transmettre 24 “unités” 48 000 fois par seconde (pour un seul canal). Après calcul, on obtient 1 152 000 informations chaque seconde, ce qui nécessite une bande passante de 1,2 MHz pour la ligne de transmission. Avec soixante-quatre canaux, on arrive à 73 728 000 informations par seconde, ce qui nécessite une bande passante bien supérieure à 50 MHz. Le système Ethernet 100Base-TX (une des catégories du 100Base-T) permet de transmettre ces signaux.
On parle couramment, aujourd’hui, de signaux échantillonnés à 96 kHz. Le 48 kHz peut alors sembler insuffisant. Avec 96 kHz, la fréquence d’échantillonnage étant doublée, on multiplie par deux le nombre d’informations qu’il faut transmettre chaque seconde pour chaque canal. Cet impératif peut être respecté, mais la bande passante de la ligne n’étant pas extensible, il faut diviser par deux le nombre de canaux disponibles.
Les spécifications d’Ethersound à 96 kHz ont récemment été validées, les studios apprécieront le moment venu ! Certains appareils Ethersound sont déjà compatibles avec la haute résolution, un réseau étant aussi capable de véhiculer des signaux à 48 kHz mélangés à d’autres à 96 kHz.
Les applications
L'une des dernières applications du système Ethersound concerne le festival de jazz de Montreux, où l'infrastructure Ethernet existante du Centre de Convention a été utilisée pour la transmission de musique. Il fallait transmettre de l'audio sur de grandes distances, sans perte de qualité, et surtout en direct d'où l'intérêt d'un transport à faible latence.
TRAVAUX PRATIQUES
Pour nos tests, nous avons relié huit éléments en série à un ordinateur. Nous avons rassemblé du matériel de diverses marques, l'ordinateur devant gérer certains de ces appareils. Nous avons pratiqué les mesures classiques en audio pour vérifier l'intégrité du signal de sortie : impédance d'entrée, qualité de la symétrie de l'entrée avec la mesure du taux de réjection en mode commun (plus il y a de décibels, meilleur c'est). Nous avons mesuré également la faculté d'admettre une forte tension, ainsi que le taux de distorsion harmonique et le niveau du bruit de fond. Ce dernier, comparé au niveau de sortie maximum (généralement une vingtaine de dBu), donne le rapport signal/bruit. Au final, nous avons coupé le réseau pour voir ce qui se passait et avons mesuré la latence (temps mis par le signal pour traverser le réseau).




Vous avez aimé cet article ? Faites-le connaître ! Share|




Publicite Sonomag LeaderBoard 728x90


Sur les mêmes thèmes:




Article précédent
Bancs d'essais: Mélangeur disco
Article suivant
Bancs d'essais: Scratcheur de DVD



pub   Liens sponsorisés   pub
pub pub pub
pub
HAUT
Newsletter

Abonnez-vous à notre newsletter.