Souscrire à SONOMAG

Abonnez-vous à notre newsletter.

Lundi 16 janvier 2017 - produits référencés
L'OFFICIEL DU SON ET DE LA LUMIÈRE
Publicite sur SONOMAG
    Vous êtes ici : Accueil > Archives > Dossiers > Dossier De la spectrographie à la colorimétrie
publicite


Dossiers - Live Show: Dossier De la spectrographie à la colorimétrie COMMANDER Magazine Sono N° 415
CHAPITRE 9 : Additionner ou soustraire: l'arithmétique de la lumière (1) - Public  Débutant / tout public
Source: Magazine Sono numéro 415 Page 54 - novembre 2015 ::: crédits n/c :::
Vous avez aimé cet article ? Faites-le connaître ! Share|

Dossier De la spectrographie à la colorimétrie
Crédits
crédits n/c

Manipuler la lumière, c'est décider de la direction et de l'intensité d'un faisceau. C'est aussi contrôler sa focalisation et le degré de diffusion des rayonnements. Mais c'est également - et en grande partie - intervenir sur la distribution spectrale de la lumière émise. Le choix des dominantes chromatiques d'un éclairage, le mélange des teintes, le dosage de leur clarté et de leur saturation constituent autant d'éléments déterminants dans la perception que nous allons avoir d'un espace scénique ainsi que des éléments scénographiques et des interprètes qui l'investissent. Ce jeu de la couleur est complexe mais il repose sur un principe très simple, une arithmétique de la lumière par laquelle, à chaque longueur d'onde, des quantités d'énergie lumineuse sont additionnées ou soustraites. Comment cela se passe-t-il exactement ?

Les précédents chapitres consacrés à la spectrographie et à la colorimétrie nous ont permis de découvrir ce que la lumière - si l'on peut dire - a «dans le ventre». À savoir: sa distribution spectrographique, c'est-à-dire la quantité d'énergie émise à chaque longueur d'onde. Cette répartition énergétique est très variable selon les sources lumineuses, ce qui constitue pour chacune sa signature propre. Ainsi, une lampe à fi lament de tungstène n'aura pas le même profi l spectral qu'une lampe HMI ou une LED «cool white». Il est cependant possible d'intervenir sur ces di érents profi ls spectraux afi n d'en modifi er les composantes. Nous pouvons ainsi agir sur les longueurs d'onde émises - c'est-à-dire sur les fréquences - à la manière de l'ingénieur du son manipulant son égaliseur. En ajoutant ou en enlevant de l'énergie. C'est-à-dire en utilisant des principes ou des modes d'action que l'on peut dire «additif» ou «soustractif». Chacun a bien sûr entendu parler de synthèse additive ou soustractive et associe généralement ces termes à d'autres notions connexes comme celles de couleur «primaire» ou de «complémentaire». Mais de quoi s'agit-il précisément? Cela concerne-t-il vraiment la couleur? Et de quelle manière?



Consultez l'intégralité de cet article en ligne en cliquant sur une vignette
Dossier De la spectrographie à la colorimétrie - P.54
Page 54 - 1/10
Dossier De la spectrographie à la colorimétrie - P.55
Page 55 - 2/10
Dossier De la spectrographie à la colorimétrie - P.56
Page 56 - 3/10
Dossier De la spectrographie à la colorimétrie - P.57
Page 57 - 4/10

Vous avez aimé cet article ? Faites-le connaître ! Share|




Publicite Sonomag LeaderBoard 728x90






pub   Liens sponsorisés   pub
pub pub pub
pub
HAUT
Newsletter

Abonnez-vous à notre newsletter.