Souscrire à SONOMAG

Abonnez-vous à notre newsletter.

Dimanche 22 janvier 2017 - produits référencés
L'OFFICIEL DU SON ET DE LA LUMIÈRE
Publicite sur SONOMAG
    Vous êtes ici : Accueil > Archives > Dossiers > 14 Stroboscopes: enfin mesurés.
publicite


Dossiers: 14 Stroboscopes: enfin mesurés. COMMANDER Magazine Sono N° 271
- Public  Débutant / tout public
Source: Magazine Sono numéro 271 Page 80 - juillet 2002 ::: Texte: Jean-Paul Rolin -  :::
Vous avez aimé cet article ? Faites-le connaître ! Share|


C'est sous la foudre que se passe ce dossier ! Nous avons voulu faire le point sur ces incontournables machines à éclairs si souvent mises à contribution dans des occasions très diverses. L'effet d'un éclair, et plus encore d'une cadence «strobe», est toujours intéressant, que ce soit sur une piste de danse, pour jouer l'image «cinéma muet» ou appuyer un instant dramatique. Nous avons ici d'une part une belle palette de machines assez simples «tout terrain», mais aussi quelques appareils nettement plus complexes ajoutant diverses fonctions et effets originaux : car, comme l'ensemble de la technique lumière, le flash aussi évolue. Mais toutes les machines sélectionnées ont en commun de se gérer à distance en DMX.

> Questions de puissances On a énormément de peine à définir en strobe de spectacle la notion de puissance d'éclair car c'est le résultat d'un court-circuit secteur plus ou moins complet et de durée variable : il faudrait calculer à chaque instant d'une demi-alternance la puissance consommée et l'additionner. En mesurant la consommation secteur avec un simple ampèremètre on aura bien de la peine à se faire une idée sur un éclair unique. Sur une fréquence répétitive d'au moins 10 Hz c'est déjà plus envisageable à condition d'utiliser un vrai ampèremètre en "valeur efficace" qui se moque des formes d'onde bizarres. Cette puissance d'éclair dépend de la fréquence d'éclairs et de leur intensité, mais ne donne aucune idée mathématique de l'effet visuel produit. C'est cependant une des mesures que nous donnons, à la fréquence des éclairs maxi dont est capable le strobe. Un tube de 1 500 watts, apparemment le plus courant, donne son nom aux "strobes 1 500 W" mais ne préjuge en rien de la puissance d'éclair. Dans les notices on voit consommation à "Puissance maximum" et "Puissance moyenne" sans indication des conditions de mesure, donc parfaitement abstraites. C'est parfois simplement la tenue en puissance du tube (1 500 W), rapportée aux 230 V secteur !!! C'est pourquoi les constructeurs, absolument tous, ne reculent devant aucune vantardise : 1 500 watts ici, 3 000 watts là, mais on ne sait ni d'où ils viennent ni où ils vont. > Enfin une mesure concrète et une nouvelle unité ! C'est le résultat qui compte ! C'est pourquoi nous avons décidé de mesurer à l'aide d'un "flashmètre" l'efficacité de chacun des strobes à la manière des photographes qui exposent en fonction d'un éclairage réel et non de chiffres sur un papier. L'unité est le "lux/seconde". Cela s'apparente à une quantité d'énergie et ressemble fortement, en photographie, à ce qui arrive sur la pellicule après réglage du diaphragme (lux sur la pellicule) et de la durée d'exposition (temps en 1/2, 1/50e. 1/1000e de seconde). Un flashmètre intègre (additionne) toutes les quantités de lumière qui se montrent dans un temps donné. Nos mesures ont été faites dans le noir en attrapant au vol un éclair dans un temps d'ouverture du flashmètre d'une demi-seconde.


Contacter l'auteur.


Vous avez aimé cet article ? Faites-le connaître ! Share|




Publicite Sonomag LeaderBoard 728x90






pub   Liens sponsorisés   pub
pub pub pub
pub
HAUT
Newsletter

Abonnez-vous à notre newsletter.