Souscrire à SONOMAG

Abonnez-vous à notre newsletter.

Mercredi 18 janvier 2017 - produits référencés
L'OFFICIEL DU SON ET DE LA LUMIÈRE
Publicite sur SONOMAG
    Vous êtes ici : Accueil > Archives > Compte rendu > La pétition: Sauvons nos fréquences
publicite


Compte rendu: La pétition: Sauvons nos fréquences COMMANDER Magazine Sono N° 325
les microphones HF et les appareils assimilés - Public  Débutant / tout public
Source: Magazine Sono numéro 325 Page 6 - juin 2007 ::: Texte: La rédaction -  :::
Vous avez aimé cet article ? Faites-le connaître ! Share|

   Document(s) attaché(s):

 PDF  La pétition: Sauvons nos fréquences

La pétition: Sauvons nos fréquences
Crédits
Texte: La rédaction -

Historiquement, suite aux décisions prises à la conférence de Stockholm (en 1961) reconduites lors de celle de Chester (en 1997), les microphones HF et les appareils assimilés, c'est-à-dire les retours HF (in-ears monitoring) et les liaisons d'ordre (intercom) sans compter les liaisons audio en point à point (de plus forte puissance) établies au cas par cas sur des événements de grande envergure (style jeux Olympiques.) sont autorisés à occuper le spectre VHF (bande 3) et surtout UHF (bandes 4 et 5) en tant qu'utilisateurs secondaires

autrement dit, ils ne peuvent l'utiliser que tant qu'ils ne provoquent pas d'interférences auprès des utilisateurs prioritaires, à savoir les émetteurs et récepteurs de télévision dont les fréquences "appartiennent" en France au CSA (et la régulation à l'ART* devenue ARCEP*). C'était jusqu'à présent le cas, en occupant localement les fréquences libres (pour ne pas être brouillés) et en limitant la puissance rayonnée à 50 mW (sauf cas spécial déclaré), ce qui ne posait pas de problème en intérieur (dans la majorité des cas). Mais une nouvelle donne se profile, le groupe TG4 de la Commission européenne des Communications prévoit de mettre fin à l'accord de Chester, avec éventuellement la négociation (en espèces sonnantes et trébuchantes) de l'allocation des bouts de spectre rendus disponibles en UHF (voir illustration 1) au plan européen, et éventuellement entérinée au plan national (voir le processus de décision dans l'illustration 2).

En France, à l'horizon 2011 (aux dernières nouvelles), la télévision analogique devrait disparaître pour laisser la place au tout numérique (c'est déjà le cas dans certains pays européens), à la TNT ou DVB-T (avec également des émissions en haute définition) mais aussi à la télévision numérique "mobile", DVB-H, et à un certain nombre de services annexes (disons multimédias sans fil), ce que globalement on nomme dans les instances européennes, le Dividende Numérique (Digital Dividend), et qui risque de réduire à la portion congrue les fréquences disponibles pour les PWMS (Professional Wireless Microphone Systems) dont, dans le même temps, les besoins augmentent. Si en termes d'efficacité spectrale, la TNT présente des avantages, en gros on peut faire transiter six chaînes dans le même encombrement spectral qu'un canal TV analogique avec des émetteurs moins puissants, la multiplication des points d'émission est plus importante pour mailler le territoire, de même que la multiplication des programmes, surtout compte tenu des services de DVB-H qui arrivent. Les fréquences restant disponibles sont avidement lorgnées par les opérateurs de services de communication.

Il ne s'agit pas tant ici de fournir les argumentations techniques - nous le ferons par ailleurs, notamment concernant les autres bandes pouvant éventuellement être exploitées - que de sensibiliser les différents acteurs ouvrant dans le domaine de l'événementiel, du spectacle et de la production audiovisuelle au sens large, au fait que compte tenu du poids (financier mais également au plan "lobbying") des opérateurs (tels Orange, SFR-Vodacom, Bouygues et autres) auprès des instances européennes (et nationales), on risque d'aboutir sous peu au paradoxe suivant : les diffuseurs de contenus vont entraver la production des contenus qu'ils diffusent. A l'occasion du cinquantenaire du premier micro sans fil de Sennheiser lors de Prolight & Sound cette année, Volker Bartels, porte-parole du groupe, a très bien résumé la situation : "L'introduction de la télévision numérique terrestre (TNT ou DVB-T) a déjà conduit à une réduction significative du nombre de gammes de fréquences disponibles pour les micros HF. Les opérateurs de téléphonie mobile, de DSL sans fil (sorte "d'ADSL HF") et de télévision pour téléphones portables (DVB-H) se sont manifestés, et tous demandent avec insistance davantage de nouvelles fréquences, situées surtout dans la gamme UHF. Les conséquences sur les industries du spectacle et de l'événementiel pourraient s'avérer désastreuses. Imaginez aujourd'hui une comédie musicale avec des micros filaires ! Ou même un concert. Les festivals, les concerts dans les stades, les tournages cinéma, les pièces de théâtre : toutes ces applications sont grandement facilitées par l'utilisation de micro HF. La production d'émissions de télévision, la retransmission d'événements sportifs majeurs comme les Jeux Olympiques ou la Coupe du Monde de Football, ou les reportages (news gathering) s'appuient sur les technologies HF.

Nous estimons qu'en Europe, de 4 à 5 millions de systèmes HF professionnels sont utilisés aujourd'hui (avec une croissance d'environ 20 % par an). Il ne faut pas voir ces microphones isolément, mais dans leur contexte : ils constituent le début d'une chaîne de production qui inclut aussi les utilisateurs de DVB-H et de DSL !". Pour peser, il faut manifester (également son existence et sa raison d'être), aussi allons-nous ouvrir un forum, mais également donner les informations nécessaires et préalables sur le site de Sono Mag, de façon à ce que la profession (et les fabricants) se mobilise. A suivre sur Sonomag.com et sur le Mag.

(*) ART : Autorité de régulation des télécommunications devenue ARCEP (Autorité de régulation des Communications Electroniques et des Postes)
Merci à Alain Richer de Sennheiser France qui se bat à l'échelon national et qui nous a sensibilisés au problème.
ETSI : European Telecommunications Standards Institute (l'organisme de normalisation).

Les fréquences utilisables en UHF (B 4 et 5) par les micros HF (en traits rouges) s'amenuisent au point que l'exploitation va devenir impossible.

Le processus de décision et d'établissement de la répartition des ressources (en fréquences) au plan européen.


Contacter l'auteur.

Consultez l'intégralité de cet article en ligne en cliquant sur une vignette
Infos - P.6
Page 6 - 1/18
Infos - P.7
Page 7 - 2/18
Infos - P.8
Page 8 - 3/18
Infos - P.9
Page 9 - 4/18

Vous avez aimé cet article ? Faites-le connaître ! Share|




Publicite Sonomag LeaderBoard 728x90


Sur les mêmes thèmes:




Article précédent
Actualités: Face/Face : débattons de l’avenir de la musique
Article suivant
Actualités: Faites de la musique CHEZ MEGASON



pub   Liens sponsorisés   pub
pub pub pub
pub
HAUT
Newsletter

Abonnez-vous à notre newsletter.