Souscrire à SONOMAG

Abonnez-vous à notre newsletter.

Jeudi 19 janvier 2017 - produits référencés
L'OFFICIEL DU SON ET DE LA LUMIÈRE
Publicite sur SONOMAG
    Vous êtes ici : Accueil > Archives > Bancs d'essais > LYRE WASH MARTIN QUANTUM : La théorie des particules
publicite


Bancs d'essais: LYRE WASH MARTIN QUANTUM : La théorie des particules COMMANDER Magazine Sono N° 401
- Public  Débutant / tout public
Source: Magazine Sono numéro 401 Page 60 - juin 2014 ::: Photos: François Guillet - Texte: François Guillet -  :::
Vous avez aimé cet article ? Faites-le connaître ! Share|

LYRE WASH MARTIN QUANTUM : La théorie des particules
Crédits
Photos: François Guillet - Texte: François Guillet -

Depuis son lancement, le MAC Aura connaît un succès impressionnant. Dans la même dynamique et avec de nombreux points communs, Martin nous propose un nouveau projecteur considérablement plus musclé et avec des effets graphiques supplémentaires : le MAC Quantum wash. Il s'agit en fait du premier représentant d'une famille de milieu de gamme qui voit déjà une version spot pointer le bout de son nez. Le défi est important, car Martin attaque ici un segment de marché déjà bien pourvu et se doit de présenter un produit capable à la fois d'éclairer sur scène ou en hall d'expo et de faire vivre une scène ou un plateau télé.

:::LA SOURCE ET L'OPTIQUE
Les Danois sont généreux et dotent le Quantum de pas moins de 50 LED RVBB 15 W. Après derating ou en mode calibré, nous mesurons 19 060 Lux à 5 m. Nous dépassons les 23 000 Lux à froid en mode non calibré. L'angle de projection le plus serré au half-pike est pour nous de 9°5. De manière surprenante, les courbes ne sont pas tout à fait symétriques et le zoom ouvert montre un léger point froid au centre. Au plus ouvert, nous dépassons les 50° au tenth pike. Le zoom est extrêmement rapide et tout particulièrement silencieux. La rotation de la lentille permet d'ouvrir encore plus mais cela n'est pas vraiment quantifiable. Toutes ces valeurs ne tiennent pas compte de la seconde source de LED. Je veux parler ici de l'effet Aura qui a pour but de faire vivre la lentille du projecteur. Toutefois, ne vous y trompez pas, ce second jeu de LED est bien présent. Il est incomparablement plus performant que sur son frère aîné MAC Aura. Alors comment ça marche ? Le MAC Quantum fait partie de la famille des millefeuilles, en version simplifiée. Tout à fait à l'intérieur se trouve la plaque numéro un qui reçoit les 50 LED RVBB de puissance. Autour de chaque LED, la plaque est poinçonnée de trois cavités qui reçoivent un collimateur en tube blanc. Ce collimateur est posé sur la carte, le poinçon absent faisant office de détrompeur. Nous vous conseillons donc maintenant de ne pas éternuer, d'éviter les c o u r a n t s d'air et les mouvements brusques, au risque de revivre la défaite du Wookie au jeu d'échecs dans Star Wars.


Contacter l'auteur.

Consultez l'intégralité de cet article en ligne en cliquant sur une vignette
LYRE WASH MARTIN QUANTUM : La théorie des particules - P.60
Page 60 - 1/14
LYRE WASH MARTIN QUANTUM : La théorie des particules - P.61
Page 61 - 2/14
LYRE WASH MARTIN QUANTUM : La théorie des particules - P.62
Page 62 - 3/14
LYRE WASH MARTIN QUANTUM : La théorie des particules - P.63
Page 63 - 4/14

Vous avez aimé cet article ? Faites-le connaître ! Share|




Publicite Sonomag LeaderBoard 728x90


Sur les mêmes thèmes:




Article précédent
Bancs d'essais: 8'' amplifiée FBT : zoom sur la J8A



pub   Liens sponsorisés   pub
pub pub pub
pub
HAUT
Newsletter

Abonnez-vous à notre newsletter.