Souscrire à SONOMAG

Abonnez-vous à notre newsletter.

Jeudi 19 janvier 2017 - produits référencés
L'OFFICIEL DU SON ET DE LA LUMIÈRE
Publicite sur SONOMAG
    Vous êtes ici : Accueil > Archives > Bancs d'essais > Conditionneur analogique
publicite


Bancs d'essais: Conditionneur analogique COMMANDER Magazine Sono N° 270
Focusrite Platinum Trackmaster - Public  Débutant / tout public
Source: Magazine Sono numéro 270 Page 62 - juin 2002 ::: Texte: Étienne Lémery -  :::
Vous avez aimé cet article ? Faites-le connaître ! Share|

Conditionneur analogique
Crédits
Texte: Étienne Lémery -

Similaire à une voie de console mono analogique, le TrackMaster est un conditionneur de signal audio. Il prend un signal et le traite, pour le rendre consommable par un enregistreur ou une station.

Les signaux d'entrée, amplifiés, traversent ensuite les circuits de traitement. Il y en a deux : un compresseur et un correcteur. Comme les résultats changent en fonction de la place relative des deux circuits (les guitaristes ont le droit depuis longtemps de mettre une pédale de correction avant ou après celle de compression !), Focusrite installe une touche de commutation du processeur de dynamique après le correcteur. Sinon, il est devant. On s'en doutait. Comme il l'avait fait pour le Penta, Focusrite simplifie le compresseur. A la place des potentiomètres habituels, il ne laisse que ceux de seuil, de temps, de retour et de compensation de gain. Le temps d'attaque est remplacé par une touche de Punch qui laisse en place les transitoires et donne plus d'impact lors de l'entrée en service de la compression. Vous n'aurez pas non plus de réglage de taux de compression, il est remplacé par une touche à deux positions, une compression assez douce et une plus violente, très "limitation". Le second traitement est une correction de timbre. Là encore, on innove avec un correcteur différent pour les instruments ou la parole. Le correcteur de grave couvrira une plus large bande pour les instruments que pour la voix, on évitera ainsi de trop remonter les plosives. Astucieusement, le correcteur de grave s'accorde ; on adapte sa largeur de bande à la tessiture de l'instrument. Pour l'aigu, on se contente de deux fréquences charnières. Généreux, Focusrite ajoute un correcteur de présence. Le commutateur de mise en service du correcteur vous permettra de comparer le correcteur avec le son non traité.


Contacter l'auteur.


Vous avez aimé cet article ? Faites-le connaître ! Share|




Publicite Sonomag LeaderBoard 728x90




Article précédent
Reportages: Le cirque du Mexique
Article suivant
Bancs d'essais: Emetteur/récepteur



pub   Liens sponsorisés   pub
pub pub pub
pub
HAUT
Newsletter

Abonnez-vous à notre newsletter.