Souscrire à SONOMAG

Abonnez-vous à notre newsletter.

Mardi 17 janvier 2017 - produits référencés
L'OFFICIEL DU SON ET DE LA LUMIÈRE
Publicite sur SONOMAG
    Vous êtes ici : Accueil > Archives > Actualités > Au revoir Monsieur Le Bail
publicite


Actualités: Au revoir Monsieur Le Bail
Source: Magazine Sono - juillet 2004 - crédits n/c


Yves le Bail est décédé le mois dernier, vaincu par la maladie, vaincu par les baffes qu'il a reçues dans sa vie. C'était un grand Bonhomme, un des plus grands et des plus nobles que le marché de l'audio a connu, et certainement le plus humain de tous. C'était le pilier de Reditec/Etélac la première société à avoir professionnalisé la distribution. Diplômé de l'école centrale d'électronique au début des années 60, Yves Le Bail commence sa carrière chez Mesureur. C'est là qu'il rencontre Claude Martin, avec qui il crée Réditec (REalisation et DIstribution de maTériel ElectroniC). Yves Rouilleaux, avec lequel il a fait ses études supérieures, est de l'aventure et apporte les premières cartes AKG et B&W. Yves Le Bail est directeur général, Yves Rouilleaux commercial et Claude Martin Pdg. Nous sommes en 70. Réditec est constitué de deux départements : électroacoustique et mesures. En quelques mois le département AKG connaît un tel essor que Réditec abandonne la mesure et décide de développer un département Hi-fi et un département pro. Par des visites systématiques, partout dans le monde, de tous les salons, Yves Le Bail apporte les cartes prestigieuses au catalogue distribution : Cerwin Vega, BGW, Otari. C'est une bête de travail et le premier à professionnaliser la distribution de matériel professionnel en France avec une équipe de représentants pour couvrir la France. Fin des année 70, Yves Le Bail décide de créer Etélac pour fabriquer en France sous la marque Amix. Dans un premier temps, des dispatching pour magasins de Hi-fi (tous en sont équipés), puis des consoles de mixage et des amplis. La Géode en sera équipée. Réditec grossit comme un champignon. Elle prendra aussi la distribution de Crest, Neutrik, Midas, Ivie, Genelec. Aux heures glorieuses, cette société réalise entre 100 et 130 millions de chiffre d'affaires et emploie 103 personnes : énorme ! En octobre 84, c'est le dépôt de bilan : mauvaise gestion, manque de fonds propres. Mais à aucun moment, la profession ne tiendra Yves Le Bail pour responsable : c'est rarissime ! Yves Le Bail sera ensuite consultant pour différentes sociétés, et continuera ses visites de salons autour du monde jusqu'au terme de sa carrière. Il avait pour loisirs, le travail, pour lecture les magazines spécialisés audio, et aussi les livres et romans sur la Bretagne. Car, il se revendiquait farouchement Breton. mais n'était pas têtu. Il était très aimé de son entourage, des gens qui travaillaient pour lui, des fournisseurs, très aimé aussi des journalistes et notamment d'un qui lui disait toujours : "ça fait un bail qu'on ne s'est pas vus !" Nous avions un immense respect et une grande admiration pour lui. Il restera toujours inscrit dans notre mémoire à l'endroit réservé aux personnages admirables. A Terry, Viviane, Marie-Françoise, Nathalie, et Françoise, à Key Tago et à tous ses amis, Sono adresse ses sincères condoléances.

Vous avez aimé cet article ? Faites-le connaître ! Share|





Article précédent
Discothèques: New DJ Records
Article suivant
Actualités: Achat de musique en ligne OD2



pub   Liens sponsorisés   pub
pub pub pub
pub

Publicite Sonomag LeaderBoard 728x90
HAUT
Newsletter

Abonnez-vous à notre newsletter.