Souscrire à SONOMAG

Abonnez-vous à notre newsletter.

Samedi 21 janvier 2017 - produits référencés
L'OFFICIEL DU SON ET DE LA LUMIÈRE
Publicite sur SONOMAG
    Vous êtes ici : Accueil > Archives > Actualités > MICS 2013 Une 4ème édition dans la continuité
publicite


Actualités: MICS 2013 Une 4ème édition dans la continuité
Source: Magazine Sono Page 30 - septembre 2013 - Photos: Eric Moutot - Texte: Eric Moutot -

MICS 2013 Une 4ème édition dans la continuité
Crédits
Photos: Eric Moutot - Texte: Eric Moutot -
Le Grimaldi Forum de Monaco accueillera du 6 au 8 novembre la 4ème édition du Monaco International Clubbing Show, salon professionnel du monde de la nuit. Le MICS revendique la présence de 150 marques exposées et 10 000 visiteurs internationaux. Nous avons rencontré Raphaël Dumas, directeur commercial de l'organisation.

Sono Mag : Commençons par un bilan de l'édition 2012. Raphaël Dumas : Nous en sommes satisfaits et il faut croire que les exposants également ; la plupart désirent renouveler leur participation, souvent en augmentant leur surface d'exposition. Nous avons eu en 2012 le plaisir d'accueillir certaines marques qui, habituellement, limitent leur présence à quelques très grands salons européens.

Pour 2013, on ne change pas une équipe qui gagne ?

RD : Nous conservons en effet la ligne directrice originelle. Le Mics est un salon du monde de la nuit, de l'événementiel éphémère et de l'événementiel nocturne. Nous revendiquons le côté original, démarqué des salons traditionnels et qui mise sur l'exposition des produits par l'installation dans des show-rooms, des salles d'écoute et de démo.

Percevez-vous une évolution des attentes des exposants ?

RD : On note un vrai besoin de sécurisation de tout investissement. Les marques veulent placer leurs moyens dans des actions concrètes avec un retour identifiable. Un salon doit représenter une réponse cohérente à cette préoccupation, et ne peut se contenter d'être le lieu où on se retrouve autour d'un verre.

Comment pourrait-on caractériser le visitorat du MICS ?

RD : Nous accueillons en tout premier lieu les exploitants de clubs, de plages et de lieux haut de gamme. Le sud de la France est bien entendu très représenté. Nous continuons en parallèle à développer la dimension européenne de l'événement, avec un travail sur les pays de l'Est et la Scandinavie, des zones particulièrement dynamiques aujourd'hui. Année après année, nous acquérons également une vraie légitimité auprès des distributeurs et revendeurs de matériel et attirons de plus en plus d'organisateurs et régisseurs d'événements qui viennent chercher des solutions concrètes.

Quel travail a-t-il été fait pour développer le nombre de visiteurs ?

RD : Dans l'équipe du salon, une seule personne gérait cela jusqu'à l'année dernière. Nous sommes passés à quatre. L'équipe travaille sur l'enrichissement de notre base de données et sa qualification. Nous développons des partenariats avec des structures comme l'UMIH (Union des Métiers et des Industries de l'Hôtellerie - nda), le SNDLL (Syndicat National des Discothèques et Lieux de Loisirs - nda) ou des entités comme le World's Finest Clubs, pour faire du MICS un événement qui les aide à fédérer leurs membres, ce qui nous garantira leur présence.

Au-delà d'être situé au bord de la Méditerranée, comment le MICS marque-t-il sa différence ?

RD : Nous cherchons à immerger notre visiteur dans la réalité d'un univers où sont démontrés les différents produits des exposants, avec une mise en scène et une réelle interactivité. Ce peut être des show-rooms vivants ou des stands transformés en clubs éphémères au coeur desquels le visiteur va pouvoir déambuler pour se faire une vraie idée du produit. Nous avons aussi imaginé pour cette édition 2013 de marier certaines marques de boissons à l'univers technique, une idée dérivée de ce qui se faisait à Rimini. A titre d'exemple, Clay Paky va être totalement impliqué dans l'habillage lumineux du stand Ricard, leurs deux stands ne feront qu'un. C'est un échange gagnant-gagnant. Le marchand de boissons va disposer de ce qui fait de mieux pour mettre en valeur ses produits et le fabricant de matériel peut démontrer les qualités de son équipement dans un environnement très familier pour le client final. On arrive éga - lement par ce procédé à augmenter la fréquen - tation des stands. Un visiteur venu a priori pour acheter de la boisson pourra découvrir les possibilités de différents matériels techniques.

Pouvez vous nous citer certains nouveaux exposants de l'univers technique ?

RD : Nous notons un réel dévelop - pement. En termes de prestataires dans un premier temps, avec des sociétés comme LSE, spécialiste des shows lasers, mais aussi dans la catégorie des technologies innovantes avec des spécialistes de l'univers aquatique. Pour le son, nous avons la confirmation de la présence de Void Audio, L Acoustics et KV2 Audio.

Renouvelez-vous votre programme Top acheteurs?

RD : Le MICS 2013 invite cent décideurs du monde de la nuit, français et internationaux, à venir participer à un programme de rendez-vous sur mesure avec les exposants du salon. Une salle dédiée aux rencontres est prévue cette année. Le bilan après l'édition 2012 montre que ce programme a été un réel moteur économique du salon.

Le MICS, ce sont aussi les NRJ Dj Awards.

RD : C'est en effet la 2e édition. Elle récompensera les Dj français et internationaux élus par le vote du public dans différentes catégories. Nous recensons déjà plus de 100 000 votes sur notre plate-forme ouverte jusqu'au 29 septembre sur le site nrj.fr. La cérémonie de remise des prix dans les huit catégories aura lieu le 6 novembre à Monaco.

Rendez-vous du 6 au 8 novembre à Monaco

www.mics.mc


Contacter l'auteur.
Vous avez aimé cet article ? Faites-le connaître ! Share|




Sur les mêmes thèmes:





pub   Liens sponsorisés   pub
pub pub pub
pub

Publicite Sonomag LeaderBoard 728x90
HAUT
Newsletter

Abonnez-vous à notre newsletter.